Samedi 18 décembre 6 18 /12 /Déc 12:46

Je ne me souviens plus de mon premier poème,

Ni même du dernier

Que j'écrirais peut-être à l'aube des horizons froids.

 

Le miracle a tenu tout entier

Dans quelques gouttes d'encre

Que j'ai laissées sécher à l'air libre des mots.

Les phrases ont longé les langues prophétiques

Sur le rebord cranté des lèvres de l'oubli,

Et du sang des imitations vierges

Une pensée est née comme soleil sur nécropole.

 

Je n'ai cessé, depuis d'éventrer l'avenir.

 

Je cherche à déterrer la carcasse du temps,

Et prisonnier d'un souffle outrepassant ma respiration,

Lié à l'atman d'un universel désordre,

Engeance du séfirah Kéter illustrant l'asthmatique Vouloir de l'épave cérébrale,

J'ai hâte de voir se répandre

La puanteur tragique d'une vérité inommable.

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Jeudi 25 novembre 4 25 /11 /Nov 20:38

C'est l'heure où le silence oublie d'être muet...

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 18 novembre 4 18 /11 /Nov 17:04

Sais-tu qu'il n'y a plus d'océan, entre nous,

Que ta peau et ma peau ne forment qu'un seul monde,

Et que l'éternité, croissant chaque seconde,

N'est qu'un instant sacré qui, à ton coeur, me noue...

 

Sais-tu qu'en gravissant la cime des grands vents

Bien plus petites sont les peurs qui nous gouvernent,

Tandis que les nuits, qui étaient tristes et ternes,

Sont colorées par des arcs-en-cieux survivants.

 

Sais-tu que les pensées de marbres et de bois,

Lourdes comme des troncs à l'écorce de pierre,

Peuvent flotter sur des nuages de lumière

Portés dans ce silence inspiré par ta voix.

 

Sais-tu qu'en ces jours où le vieil espoir faiblit,

Rongé par des mélancolies surnaturelles,

Il y a toujours un parfum qui me rappelle

Le souffle de ton sang baignant tous les oublis.

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Jeudi 18 novembre 4 18 /11 /Nov 17:00

les anges ont mangé

La terre d'ombre des semeurs de soleil.

Tes baisers ont un goût de lumière,

Et j'attends que vienne la nuit des âges

Pour que le muscle de ma parole

Soit iradié par la graine de ton verbe.

 

Je laisse les chemins amener les damnés

Là où se trouvent les portes sauvages des joies dociles,

Et posé sur la borne froide d'un jour inachevable,

je patiente jusqu'à ce que passe ton parfum d'anémone.

 

Une chanson sans note et sans air

Se propage dans les artères des diables assoupis

Sur les couches cendreuses d'un monde

Où seule subsite l'empreinte de ta voix

Dans le sillage troncaturé d'une racine muette.

 

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Samedi 18 septembre 6 18 /09 /Sep 21:59

J’ai vomi de l’azur sur les seins de la terre,

Et j’ai prié les dieux les plus élémentaires

Pour que les colibris ne perdent pas leur temps

A t’apporter l’éclat de mon cœur tempêtant.

 

J’ai creusé le tombeau de nos poésies vieilles,

Et j’ai, depuis l’ultime insomnie de la veille,

Tout réécrit deux fois, arrachant au chameau

Ses poils pour scribouiller d’encor  plus jolis mots.

 

J’ai trahi le reflet des statues somnolentes

Pour célébrer la laideur que tu camouflais

Sous d’insanes vertus aux couleurs chancelantes

Dont l’arc-en-ciel, pourtant, aimait se boursoufler.

 

J’ai une marguerite à titre honorifique

Accrochée dans un trou où passait un bouton,

Et lorsque cette fleur crée la question orphique,

Je réponds par le verbe affecté du mouton.

 

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 24 août 2 24 /08 /Août 20:28

            Je me trouvais aux toilettes. On ne doit pas le dire, et encore moins l’écrire. Nonobstant, si l’objet de cet aveu se voulait scatologique ; si le dessein s’avérait provocateur ou subversif. Mais même pas. L’idée est simplement (et l’adverbe est on ne peut plus juste) dans le prolongement même de ma poésie du carbone (qualifiée autrement par mes soins de poésie organique) que j’ai pu évoquée par ailleurs, mais dont je n’ai encore jamais pris la peine ou fait l’effort de définir.

            J’étais donc aux toilettes, en train de déféquer. Ce faisant, je lisais. Parce que la lecture des latrines m’est un plaisir incomparable que n’égalent seulement que les déchiffrages que j’entame sur mon lit, ou callé à l’assise d’un café, lorsqu’il n’y a pas de musique pour me distraire, et quand une espèce d’intimité tout à fait personnelle s’est instiguée entre le livre, mon regard et l’absence des autres.

            J’avais, entre les mains, un ouvrage de poésie. C’est peut-être l’une des explications à ma satisfaction défécatoire, que celle de me dire que le lieu m’est propice au recueillement et à la décortication délicate et sublime d’elzévirs évoquant l’art de tout taire, excepté l’essentiel.

            Dans les livres que je compulse en cet endroit précis, je glisse une feuille de papier toilette en guise de marque-pages.

            J’ouvrais donc ce bouquin acheté il y avait tout juste une semaine et poursuivais le récit de la préface consacrée à Anna Akhmatova.

            Durant ma lecture, le préfacier notait une information chronologique : le milieu de mars 1940. C’est à ce moment-là que m’était venue cette réflexion : la poétesse allait mourir à presque vingt-six années de cette balise décrite, plus particulièrement un cinq mars 1966. Aussi, très candide, j’avais repensé aux brutales facéties de l’existence qui, en l’espace d’un instant, nous conduit sans un mot au royaume des Parques. Et, de façon très sotte, très naïve, je m’étais interrogé sur la manière dont je pouvais réagir si j’apprenais qu’il ne me restait plus que vingt-six années, vingt-six jours ou vingt-six secondes à vivre. Pour les vingt-six secondes, je demeurais interdit. Quasi-incrédule, en dépit du caractère burlesque et, quelquefois comique, de la mort.

            J’avais achevé mon excrémentielle entreprise et, après avoir été absorbé par les poignées de lignes qui m’avancèrent dans ma lecture, j’avais regardé le nom de l’auteur du préambule : Jean-Louis Baké. Jean-louis. Tout comme moi.

            M’en retournant à mes occupations nocturnes, je fus pris d’un désir de griffonner ces paroles dont l’ensemble donnera à mes hypothétiques détracteurs de la matière (fécale ?) pour alimenter leur rancœur, et pour que leurs critiques (que je cautionne postactivement) fleurent (sic transit), sans ironie, le parfum de mon inconséquence.

            {il sera bon de souligner que je songe à quelques miettes de gloriole et, donc, à quelque déchéance suppliquée par certains, à une heure où mon anonymat est aussi éloquent que la chute d’une météore en plein cœur d’un désert}  

            Je me suis donc accroché à l’idée qu’il serait intéressant d’apporter mes réflexions empiriques au sujet de la synchronicité (que d’autres étiquettent comme étant de pures coïncidences, peut-être éclairés – à contrario de mon insignifiante personne – par la vérité matérialiste et indéniable du Réel dépourvu de passion et d’entame obscurantiste).

            Ainsi, je resongeais aux dates et aux prénoms, m’accordant à dire que le moindre détail jugé d’obédience synchronistique se valait d’être inscrit  afin – peut-être – que l’expression d’un Tout puisse – éventuellement – apparaître à son auteur, un peu comme dans un puzzle.

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 17 août 2 17 /08 /Août 19:31

Figues et fatigues.

 

Sur les verbes démontés,

 

Nos âmes naviguent.

 

 

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 17 août 2 17 /08 /Août 06:29

            J’ai eu cette vision, je vais devenir fou.

            Je vais devenir fou et,  un beau jour, une fois que la raison en aura terminé d’enchrister ma conscience et de juguler mes prolégomènes aux libertés, mon sentiment de ce que doit être le Bien et le Mal sera tel, l’acuité de ma morale justicière ayant atteint le plus haut grade de l’échelle des rectitudes urbaines, qu’une vague fustigatrice inondera ma volonté ordonnant à mes actes des réflexes aux ataviques lois.

            Je serai fou, dis-je, bien plus que je ne l’ai jamais été jusqu’alors, bien plus que je ne suis en mesure de le croire en cet instant où, pourtant, je présume que ma santé mentale découle d’une atrophique perception de ce qu’est la norme selon mon hypermétrie. Ma folie, au zénith de son état, émergera tout à fait ponctuellement, à la croisée d’un quotidien à la gestuelle décalée. Mais, une fois le décalage mis en œuvre, dès que je ne serai plus superposé avec moi-même, au point que les miroirs dédoubleront ma singularité, il ne sera plus possible de m'en revenir sur ces traces engendrées par des pas dont l’allure orthodoxe ressemblait à celle de n’importe quel être en proie aux névroses communes.

            J’irai dans un négoce typique, dans la vieille ville, là où l’on vend des souvenirs usinés à l’autre bout du monde par des mains esclaves ayant oublié leur passé à force de devoir renier l’avenir, et je m’achèterai un panier en osier.

            Ce panier d’osier situera le tournant de mon existence.

            De même qu’il y a eu un avant et un après depuis certains jalons initiés par les morts de mes proches et les disparitions des muses, de même qu’il m’est possible de dater les étapes de vie entre la grande destruction de mes forêts intérieures et le détachement de mon hamadryade, ce panier constituera l’ultime borne de ma santé mentale.

            Ce panier aura eu le pouvoir sublime de me révéler la vérité.

            Ce panier m’autorisera d’être enfin vrai, d’être enfin juste, d’être enfin droit.

            L’on me rencontrera, sur la grève, tenant mon joli petit panier d’osier, et ramassant des galets. Parce que je ramasserai des galets, c’est entendu. Des galets de bonne taille. De ces galets qui tiennent correctement dans la paume, et dont le soupésement produit une ivresse de toute puissance, induisant la sensation parfaitement limpide de n’être qu’un maillon logique entre la mer et les étoiles ! Lorsque je cueillerai les galets, je trouverai ma place, oui, dame !

            Ma récolte terminée, je peindrai mes provisions. J’en ferai des coccinelles. L’acte me rendra serein. La quiétude la plus inhumaine qui n’ait jamais été perçue dans le cœur d’un bipède au discours méthodique s’instillera dans mes veines, à mesure que se renouvèlera l’oxygène happé par mes insatiables naseaux de poète féroce.

            Une fois mes coccinelles peintes, sèches et souriant aux concaténations lithobiologiques qui me font songer qu’au début était la Pierre, je les poserai côte à côte et bien gentiment dans mon fameux panier d’osier, très précautionneusement, à l’instar des œufs que l’on sait fragiles. Puis je sortirai.

            Tout le monde se demandera : Est-ce qu’il va pleuvoir ? Qu’est-ce que je vais manger, ce soir ? Mais personne ne remarquera l’homme au panier d’osier et aux galets peints en coccinelles. De la même manière, il est possible que je passe près de la femme à la pipe de bruyère et aux colliers de noyaux de pèche sans y prêter attention. Sur mon parcours, je rencontrerai des gens, des gens à qui je tendrai la main, un sourire, et à qui j’offrirai un galet. Ces gens-là seront surpris. Pour la plupart. Mais pas un n’osera refuser l’offrande. Pas un. Encore moins ces crétins, ces imbéciles et ces faces improbables à qui je balancerai mes cailloux sur la tronche, lorsque l’on mettra la musique à plein volume, lorsque l’on jettera un papier à terre, lorsque l’on hurlera sans source de danger, pour le simple plaisir de faire chier la populace.

            Alors, oui, je m’en donnerai à cœur joie. A tours de bras, je m’en irai semer mes galets peinturlurés en coccinelles !

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mardi 10 août 2 10 /08 /Août 06:55

Tout le monde, au demeurant, ne rêve pas forcément d’étendues sauvages, de grands espaces désertiques, de forêts aussi vastes et vierges que des univers d’émeraudes dépeuplés par le genre humain, d’horizons aussi vides que ces cirques de montagnes heurtés par le poing d’un soleil dont l’idée même porte la vision à son incandescence.

La solitude n’est sans doute pas un désir qui gangrène chaque être en chaque place, et il en est qui redoutent jusqu’à l’effroi de se retrouver seuls, sans rien d’autre qu’eux-mêmes ou quelque écho spectral pour leur répondre.

L’homme, et c’est aussi afin qu’il puisse être nommé et pour que sa prophétie mortelle perdure à travers temps, nécessite fatalement la présence de ses semblables. Un homme seul n’est un homme que dans la mesure où il fuit ses pairs ou parce qu’il est en quête de l’autre. Un homme seul n’existe pas ; il se range au niveau des dieux. L’homme seul, détaché des empreintes de ses condisciples, ne cherchant pas d’autre amarre que celle forgée dans les cavernes du néant, n’est plus tout à fait un homme puisqu’il étire son humanité au point de rupture, jusqu’à ce que s’use le reflet des apparences.

Je me sens tel un urubu sans envergure, incapable de m’infliger la discipline d’une douceur vouant à me laisser submerger par la folie de mes ombres singulières dont la réciproque n’est autre chose qu’un théorème de la nuit élaboré par un aveugle.

J’aimerais trouver la force de dédaigner l’espoir et de cesser d’être la victime de ces faiblesses qui me conditionnent à la bassesse des agrégations illusoires. Je ne parviens qu’à me retrouver dans ces amas de chairs gesticulantes qui m’anonymisent en un isolement concaténatoire. Je me sais lié par la pensée que nous partageons de nos indifférences mutuelles, tandis qu’il me serait profitable de m’auto-suffire dans la dérision suprême consistant à troubler le lac putride de ma conscience archaïque, par une goutte d’extrême pureté volée à même l’œil sec de mes lendemains cosmiques.

 

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Mercredi 4 août 3 04 /08 /Août 09:25

            Je ne parviens pas à dormir, et la chaleur n’est pas étrangère à mon début d’insomnie.

            Le ventilateur est en marche. Position « un ». Dès que je rentre, depuis la mi-mai, ce ventilateur est mon sauf-conduit indéfectible. Jusqu’ici, la première position est parvenue à me satisfaire ; j’ose à peine imaginer m’essayer à enclencher la deuxième ou, mieux, la troisième, afin d’assouvir un désir de fraîcheur insatiable.

Pour autant, je n’arrive pas à être régulé selon mes convenances. Aussi, il m’est totalement impensable d’éteindre la bête à pales et de laisser la torpeur de ces moments estivaux s’adonner à l’insurrection, m’infligeant d’invariables souffrances sensitives au niveau du derme. Il paraît qu’il n’est pire douleur que celle du brûlé dont la mémoire du feu perdure bien après l’extinction de ce dernier, jusque dans les linéaments du trépas.

            J’ai respiré très profondément. J’ai revisité ma journée, puis ma vie, m’attardant essentiellement sur ces épisodes surnaturels que Néruda appelait « cette vague mélancolie intercostale ».

            Le fait d’avoir travaillé, ce matin, puis d’avoir participé en binôme à un déménagement n’aura donc pas été suffisant pour épuiser la machine cérébrale.

            Le fait d’avoir été capable d’aimer et de me retrouver à un point où je me demande si mon passé n’a pas plus d’avenir que l’ensemble de mes lendemains n’aura dont pas pesé de sa lourdeur de certitude sur les muscles autorisant mes paupières à baisser leur garde.

            J’écoute la nuit. Elle s’exprime de manière narquoise, au travers des bruits multiples dont aucun ne trouve grâce à mon goût pour le silence, spectral compagnon aux arlésiennes allures.

            Les hélices ronflantes du ventilateur ne cessent de me rappeler combien la température ambiante m’accable.

            Dans la rue, les vrombissements des moteurs et les vagissements des pots d’échappement s’ingénient à troubler le peu de quiétude qu’il me reste. En outre, j’éprouve une féale détestation pour ces automobilistes osant faire hurler les enceintes de leurs ignobles véhicules, sans se soucier ou, pire, en se moquant ouvertement de l’irritation sublime qu’ils occasionnent à ceux qui, à mon image, s’époumonent à réciter, en leur for intérieur, le quatrième article de la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi. » Il serait de bon ton que ce vieil adage démocratico-anarchiste soit gravé sur les faces abjectes de ces intolérables fauteurs de trouble.

            Du coin de l’œil, je lis qu’il est ‘’1 :78’’. Et je me dis que tout ceci est correct. 1 :78, ce n’est pas l’équivalent de deux heures du matin passées de dix-huit minutes. 1 :78 n’a d’ailleurs pas de réelle équivalence terrestre. Il ne s’agit pas, malgré tout, d’un ‘’abstractat’’ ou d’une espèce d’hallucination à mettre sur le compte de la fatigue alliée à je ne sais quelle déformation de la courbe espace-temps. 1 :78 est l’heure qu’il se doit d’être, à cet instant précis, tout à fait exactement et, à bien y réfléchir, cela n’a rien d’anormal. Dit autrement : ce n’est pas plus illogique que 2 :18. J’accepte.

Par @rbre
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés